Mlf chatte qui pend free Sex chatting mom bot

La réalité de son exigence de justice est bien plus ancienne, et elle a été défendue par quelques esprits lucides, telle Christine de Pizan et son « Oser, moy, femme » (La Cité des Dames, 1405).

Qu'osa cette grande écrivaine, il y a sept siècles ?

Affirmer que les femmes doivent recevoir la même éducation que les hommes, dénoncer le viol et les « ruses » masculines pour séduire les femmes, proclamer la capacité des femmes à gouverner.

ANV : Au regard de la diversité des courants actifs dans ce domaine, n'y a-t-il pas opposition entre des tendances ? », devise des Lumières selon Kant ; c'est travailler à sa libération pour pouvoir agir comme sujet de sa propre vie ; d'où la méfiance pour toute directive venue d'ailleurs, ce qu'illustre cette réplique des années 70 : « Ne me libère pas, je m'en charge !

» La situation du féminisme varie d'un pays à l'autre, et les courants sont multiples.

En France, il me semble parfois qu'il y a autant de féminismes que de féministes !

Accueil | Manifeste | Signer | Signataires | Nos bonnes raisons | Comment nous sommes devenu-es féministes | Nos actions | Violences contre les femmes | Rêves | Prostitution | Humour féministe | Textes féministes | Groupe parisien | Québec | À lire | Vos questions | texte paru dans Alternatives non-violentes, n°155, « La domination masculine », 2e trim.

2010 Le féminisme, une révolution non-violente Entretien avec Florence MONTREYNAUD Féministe, historienne, auteure de nombreux ouvrages, dont : Dictionnaire des citations, Paris, Nathan, 1989 ; Le XXe Siècle des femmes, Paris, Nathan, 2001; Amours à vendre.

Les dessous de la prostitution, Paris, Glénat, 1993 ; Bienvenue dans la meute, Paris, La Découverte, 2001 ; Appeler une chatte. Petite Bibliothèque, Payot, 2005 ; Le féminisme n'a jamais tué personne, Montréal, Fidès, 2004 ; L'aventure des femmes.

XX-XXIe siècle, Paris, Nathan, 2006 ; Un siècle d'amour. ANV : Vous êtes historienne et aussi féministe active.

Dans votre encyclopédie Le XXe Siècle des femmes, vous avez traité de l'histoire du féminisme. Florence Montreynaud : Agir en féministe, c'est œuvrer pour que femmes et hommes soient égaux en dignité et en droits, et pour que ces droits se traduisent dans les faits.

C'est une démarche radicale, car elle vise les racines de l'inégalité dans notre société sexiste et patriarcale - dignité des femmes bafouée, partage injuste du pouvoir et des tâches domestiques, contrainte à l'hétérosexualité, violence sexuelle, etc. : Depuis plus d'un siècle et demi, le féminisme s'affirme comme une résistance constructive au machisme, une révolution non-violente et usant d'humour.

ANV : Où s'enracine le féminisme, comment s'est-il développé au XXe siècle ? Même s'il concerne toute l'humanité, et est donc un humanisme, il doit son nom à sa demande initiale de droits pour les femmes, notamment le droit de vote ; vite devenu international, il a toujours été un mouvement mixte, à l'exception des années 70 en Occident, période du Women's Lib, du MLF (mouvement de libération des femmes), des « groupes femmes » et de nombreuses manifestations de femmes dans la rue.

Le mot « féminisme » dans son sens actuel date de la fin du XIXe siècle, mais le mouvement collectif avait été lancé dès 1848 en France et aux États-Unis.